antiquité


antiquité

antiquité [ ɑ̃tikite ] n. f.
• 1080; lat. antiquitas
1Vieilli Caractère de ce qui est très ancien. ancienneté. Ces traditions « prouvent au moins l'antiquité des peuples de l'Égypte » (Condillac).
2Temps très ancien, très reculé. Cela remonte à la plus haute antiquité. Loc. De toute antiquité : de tout temps. « Le cens avait de toute antiquité appartenu au roi » (Montesquieu).
3(XVIe) L'Antiquité : les plus anciennes civilisations. L'Antiquité grecque et romaine. L'Antiquité et le Moyen Âge. L'Antiquité orientale. Absolt L'Antiquité gréco-romaine. Les écrivains du XVII e siècle s'inspirent de l'Antiquité. Film sur l'Antiquité. péplum.
4Plur. Monuments, œuvres d'art qui restent de l'Antiquité. Les départements des antiquités orientales, égyptiennes, grecques et romaines au musée du Louvre.
(1854) Objets d'art, meubles anciens. ancien (n. m.). Marchand d'antiquités. antiquaire.
5Fam. et iron. Objet démodé, qui n'a plus d'usage. antiquaille, vieillerie. Jetez-moi toutes ces antiquités !
⊗ CONTR. Nouveauté.

antiquité nom féminin (latin antiquitas) Période qui va des origines des temps historiques à la chute de l'Empire romain ; civilisation antique, en particulier grecque et romaine (en ce sens, avec majuscule). Caractère de ce qui est très ancien ; ancienneté : L'antiquité d'une coutume. Meuble, objet ancien. (Pour l'Administration des douanes, le terme d'antiquité, longtemps réservé aux objets de plus de 100 ans d'âge, s'applique aujourd'hui aux objets de plus de 20 ans.) Familier. Chose très vieille, anachronique : Sa voiture ? Tu parles d'une antiquité !antiquité (difficultés) nom féminin (latin antiquitas) Orthographe Jamais de majuscule (des antiquités ; de toute antiquité ; un mur celtique de la plus haute antiquité), sauf pour désigner la période historique allant de la fin de la préhistoire à la chute de l'Empire romain (476 apr. J.-C.) : un spécialiste de l'Antiquité romaine. ● antiquité (expressions) nom féminin (latin antiquitas) De toute antiquité, depuis les temps les plus reculés. ● antiquité (synonymes) nom féminin (latin antiquitas) Caractère de ce qui est très ancien ; ancienneté
Synonymes :
- ancienneté
Contraires :
- nouveauté

antiquité
n. f.
d1./d Grande ancienneté (d'une chose). Maison vénérable par son antiquité.
d2./d époque très reculée. Usage qui remonte à la plus haute antiquité.
d3./d L'Antiquité: l'époque des plus anciennes civilisations, spécial. des civilisations grecque et romaine. Les philosophes de l'Antiquité.
d4./d (Plur.) Monuments des civilisations de l'Antiquité. Les antiquités de Rome. Les antiquités précolombiennes.
d5./d (Plur.) Objets d'art anciens. Magasin d'antiquités.
|| Plaisant Vieille chose démodée. Sa voiture est une véritable antiquité.
d6./d (Afr. subsah.) Curiosité africaine, ancienne ou non.

⇒ANTIQUITÉ, subst. fém.
I.— Au sing.
A.— [Avec ou dans un compl.] Caractère de ce qui appartient à une époque très ancienne ou qui dure depuis une telle époque.
1. [Le mot est suivi d'un compl. de nom, prép. de, exprimant ce qui est affecté de ce caractère] L'antiquité d'un nom. Synon. (haute) ancienneté :
1. Je n'ai rien nié, j'ai expliqué. Je n'ai pas eu besoin de récuser les évangiles ni la tradition chrétienne, de supposer des interpolations, des anachronismes, des mensonges dans cette haute et respectable antiquité du christianisme. J'ai tout accepté, et j'ai seulement expliqué.
LEROUX, De l'Humanité, t. 2, 1840, p. 965.
SYNT. L'antiquité du monde, l'antiquité d'un mouvement, l'antiquité d'un peuple, l'antiquité d'une race.
2. [Le mot est l'élément de base d'un syntagme introd. par la prép. de] :
2. Je jouis vivement à voir défiler les beaux villages qui se succèdent et se multiplient en approchant de Londres : riches maisons enguirlandées de verdure, (...). Beaucoup d'églises, riches aussi, d'un gothique moderne, mais qui ont trouvé moyen de se vêtir d'antiquité, en jetant sur elles un ample et sombre manteau de lierre.
MICHELET, Sur les chemins de l'Europe, 1874, p. 166.
P. ext. Vieillesse extrême et vénérable :
3. Il arrivait à la hauteur de la colonne Morris, lorsque le ramasseur de mégots s'ébranla, et marcha vers lui. Il avait une barbe blanche, et des yeux pleins d'antiquité.
J. ROMAINS, Les Copains, 1913, p. 79.
B.— [Emploi sans compl.] Époque historique très ancienne.
1. [Avec un adj. précisant]
a) [Le degré d'ancienneté] Une haute antiquité :
4. Dans mon opinion, les Druzes sont un de ces peuples dont la source s'est perdue dans la nuit des temps, mais qui remontent à l'antiquité la plus reculée; leur race, au physique, a beaucoup de rapport avec la race juive, et l'adoration du veau me porterait à croire qu'ils descendent de ces peuples de l'Arabie Pétrée qui avaient poussé les Juifs à ce genre d'idolâtrie, ou qu'ils sont d'origine samaritaine.
LAMARTINE, Voyage en Orient, t. 2, 1835, p. 114.
De toute antiquité, (dès) la plus haute -. Depuis toujours, de tout temps.
b) [La caractéristique de l'époque considérée comme ayant produit un type de civilisation] L'antiquité classique :
5. À envisager les choses de haut, il est aisé de discerner dans l'histoire d'Europe, depuis les temps anciens jusqu'à nos jours, deux grands ordres sociaux, savoir, l'Antiquité grecque et romaine, d'une part, et le Moyen Âge, de l'autre. Entre ces deux mondes il y a un prodigieux abîme, creusé et comblé par le christianisme et par les barbares.
SAINTE-BEUVE, Tableau hist. et crit. de la poésie fr. et du théâtre fr. au XVIe s., 1828, p. 282.
SYNT. L'antiquité chrétienne, l'antiquité païenne.
2. [Sans adj.] L'Antiquité. L'Antiquité classique, l'Antiquité gréco-romaine :
6. J'ai parlé au début de ce discours de ce que pouvait être une renaissance, de ce que pouvait être l'héritage d'une culture. Une culture renaît quand les hommes de génie, cherchant leur propre vérité, tirent du fond des siècles tout ce qui ressembla jadis à cette vérité, même s'ils ne la connaissent pas. La Renaissance a fait l'Antiquité au moins autant que l'Antiquité a fait la Renaissance.
MALRAUX, Les Conquérants, 1928, p. 177.
3. P. méton. Les hommes, les peuples qui ont vécu dans une telle époque. Synon. les anciens :
7. Ce que nous appelons proprement amour parmi nous, est un sentiment dont la haute Antiquité a ignoré jusqu'au nom. Ce n'est que dans les siècles modernes qu'on a vu former ce mélange des sens et de l'ame, cette espèce d'amour, dont l'amitié est la partie morale. C'est encore au christianisme que l'on doit ce sentiment perfectionné ...
CHATEAUBRIAND, Génie du Christianisme, t. 1, 1803, p. 373.
II.— Au sing. et le plus souvent au plur.
A.— Objet antique.
1. Monument(s), objet(s) divers remontant à l'Antiquité. Antiquités grecques et romaines; on voit près de cette ville une belle antiquité (Ac. 1835-1932) :
8. Nous rentrons à Séville par Miguera et les bois de chênes-lièges, qui font de plus en plus ressembler ce pays à la chaîne des Maures. Après El Garobbo, commencent les cultures illimitées qui entourent Séville. Les amateurs d'antiquités romaines pourront s'arrêter à Italica où, avec beaucoup d'imagination, on peut reconstituer les arènes et le forum.
T'SERSTEVENS, L'Itinéraire espagnol, 1933, p. 166.
P. ext., au plur. (Ensemble de) tout ce qui est relatif à l'antiquité. Synon. plus usuel archéologie :
9. Je répondis la vérité, qui était que notre histoire générale des peintres n'avait pas trouvé la fortune qu'on espérait pour elle et qu'il avait fallu l'interrompre dès ses commencements. J'ajoutai que j'y avais perdu un emploi agréable et singulièrement utile, et que, maintenant, je collaborais à un grand dictionnaire d'antiquités; mais que la tâche était plus difficile et moins bien payée.
A. FRANCE, La Vie en fleur, 1922, p. 543.
2. Objets d'art plus ou moins anciens; en partic. objets en vente chez un antiquaire. Cabinet, (collection) d'antiquités; magasin, marchand d'antiquités :
10. Certes, elle avait la prétention d'aimer les « antiquités » et prenait un air ravi et fin pour dire qu'elle adorait passer toute une journée à « bibeloter », à chercher « du bric-à-brac », des choses « du temps ».
PROUST, Du côté de chez Swann, 1913, p. 244.
B.— P. ext. Mœurs et usages d'un autre âge, et/ou p. méton. les personnes qui les pratiquent :
11. Le « respect », l'honneur — la vénération — la louange, les actions de grâce, toutes ces antiquités qui se font, ou vont se faire étranges, qui passent des mœurs aux musées.
VALÉRY, Tel quel II, 1943, p. 46.
PRONONC. :[]. Enq. ://.
ÉTYMOL. ET HIST. — 1. Ca 1100 antiquitet « caractère de ce qui est très ancien » (Roland, 2613 ds GDF. Compl. : En Babilunie Baligant ad mandet : Ço est l'amirailz, li vieilz d'antiquitet); 2. a) ca 1155 collectif « les Anciens » (WACE, Brut, ms. Munich, 307 ds GDF. Compl. : L'antiquiteiz Albe la nome); b) 1580 « la civilisation, les siècles antiques » (MONTAIGNE, III, 120 ds LITTRÉ); 3. 1680 (RICH. : Antiquité [...] les ouvrages des siecles passez), plus souvent au plur. Les Antiquités de Rome, de la Grèce (FUR.) d'où sens mod. « objets anciens », 1854 (DU CAMP, Le Nil, p. 250 : la vente des curiosités et des antiquités).
Empr. au lat. antiquitas « les temps anciens, les ouvrages du passé » (CICÉRON, Brut., 60 ds TLL s.v., 174, 27); « les Anciens » (ID., Rep., 2, 19, ibid., 174, 79); « ancienneté » (ID., Verr., 2, 46, ibid., 175, 51).
STAT. — Fréq. abs. littér. :1 646. Fréq. rel. littér. : XIXe s. : a) 4 569, b) 2 103; XXe s. : a) 1 484, b) 1 080.
BBG. — BACH.-DEZ. 1882. — BLANCHE 1857. — BOUILLET 1859. — Canada 1930. — COHEN 1946, p. 15. — DAINV. 1964. — DAIRE 1759. — DLF 16e. — ÉD. 1967. — GUYOT 1953. — JOSSIER 1881. — LACR. 1963. — Lar. comm. 1930. — Lar. mén. 1926.

antiquité [ɑ̃tikite] n. f.
ÉTYM. 1080, antiquitet; du lat. antiquitas, de antiquus. → Antique.
1 Vieilli. Caractère de ce qui est antique (1.), très ancien. Ancienneté. || L'antiquité d'un monument. || Cette famille est illustrée par sa noblesse et par son antiquité.Vx. Extrême vieillesse (→ cit. 1).
1 On abattit un pin pour son antiquité (…)
La Fontaine, Fables, XI, 9.
2 (Il) prit une profane nouveauté (le calvinisme) pour la vénérable antiquité de l'Église (…)
Fléchier, Oraison funèbre du Duc de Montausier.
3 De nos arts, de nos lois l'auguste antiquité (…)
Voltaire, l'Orphelin de la Chine, I, 1.
4 Ces traditions, qui remontent jusqu'aux siècles les plus reculés, prouvent au moins l'antiquité des peuples de l'Égypte.
Condillac, Hist. ancienne, I, 2.
2 Littér. Temps très ancien, très reculé dans l'histoire. || Cela remonte à la plus haute antiquité. — ☑ Loc. De toute antiquité : de tout temps.
5 (…) des terres censuelles dont le cens avait de toute antiquité appartenu au roi.
Montesquieu, l'Esprit des lois, XXX, 15.
Au plur. || Les Antiquités judaïques, de Flavius Josèphe (trad. lat. du grec archaiologia).
3 (1580, Montaigne). Mod. et cour. Les plus anciennes civilisations historiques. || L'antiquité orientale, mésopotamienne, assyrienne.L'antiquité égyptienne. || L'antiquité classique : l'antiquité grecque et romaine considérées comme ayant produit la civilisation romane.
6 Ce livre granitique commencé par l'Orient, continué par l'antiquité grecque et romaine, le moyen âge en a écrit la dernière page.
Hugo, Notre-Dame de Paris, V, 2.
Absolt. || L'Antiquité : la civilisation gréco-romaine. || L'Antiquité, le Moyen Âge et la Renaissance. || L'humanisme a remis l'antiquité à l'honneur, les écrivains du XVIIe siècle s'en sont inspirés.Par ext. Les peuples qui ont vécu à cette époque, les Anciens.
7 L'antiquité est pleine des éloges d'une autre antiquité plus reculée.
Voltaire, in P. Larousse (1866), artAntiquité.
4 (XVIe; cf. du Bellay, les Antiquités de Rome, 1558). Plur. || Les antiquités : les monuments, les œuvres d'art qui nous restent de l'antiquité. || Le département des antiquités orientales, égyptiennes, grecques et romaines, chrétiennes, au musée du Louvre. || Musée des antiquités nationales. || S'adonner à l'étude méthodique des antiquités. Archéologie. || Les Antiquités romaines, série d'eaux-fortes de Piranèse.
(1854). Objets d'art, meubles anciens. || Marchand d'antiquités. Antiquaire. || Cabinet, magasin d'antiquités.
Au sing. || Une antiquité de grande valeur.
5 Fam. et iron. Objets démodés, qui n'ont plus d'usage. || Rangez votre bric-à-brac et jetez-moi toutes ces antiquités ! Antiquaille, antiquaillerie, vieillerie.
Mœurs et usages d'un autre âge. || L'honneur, la vertu, ces antiquités qui nous semblent périmées.
Personne très âgée. || J'ai rencontré X; c'est une vénérable antiquité maintenant !
CONTR. Nouveauté.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Antiquite — Antiquité L Antiquité est la première des époques de l Histoire. Pour une civilisation, l Antiquité commence avec le développement ou l adoption de l écriture. Le passage à l antiquité s est donc produit à différentes périodes pour les différents …   Wikipédia en Français

  • antiquite — ANTIQUITE. s. f. Ancienneté reculée. Temple vénérable par son antiquité. Cela est d une grande antiquité. Cette Maison est illustre par sa noblesse et par son antiquité. L antiquité des temps. [b]f♛/b] Il se prend aussi collectivem. pour Tous… …   Dictionnaire de l'Académie Française 1798

  • antiquité — Antiquité. s. f. Ancienneté. Temple venerable pour son antiquité. cela est d une grande antiquité. de de toute antiquité. cette maison est illustre pour sa noblesse & pour son antiquité. Il se prend aussi collectivement pour tous ceux qui ont… …   Dictionnaire de l'Académie française

  • antiquité — Antiquité, Antiquitas. Estimez que tout ce que j ay dit, c a esté pour avoir memoire de l antiquité, Referte haec omnia ad memoriam vetustatis …   Thresor de la langue françoyse

  • antiquité — et tout ce qui s y rapporte : Poncif, embêtant …   Dictionnaire des idées reçues

  • Antiquité — Cet article concerne la période historique. Pour les meubles et objets anciens, voir Antiquaire. L’Antiquité est la première des époques de l Histoire. Pour une civilisation, l Antiquité commence avec le développement ou l adoption de l écriture …   Wikipédia en Français

  • antiquité — (an ti ki té) s. f. 1°   Ancienneté très reculée. •   Elles ont une antiquité au dessus d Esdras, BOSSUET Hist. II, 13. •   De nos arts, de nos lois l auguste antiquité, VOLT. Orphel. de la Chine, I, 1. 2°   De toute antiquité, loc. adv. De tout… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • ANTIQUITÉ — s. f. Ancienneté reculée. Temple vénérable par son antiquité. Cela est d une grande antiquité. Cela remonte à la plus haute antiquité, à l antiquité la plus reculée. Cette maison est illustre par sa noblesse et par son antiquité. L antiquité des… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • ANTIQUITÉ — n. f. Ancienneté reculée. Temple vénérable par son antiquité. Cela est d’une grande antiquité. Cela remonte à la plus haute antiquité, à l’antiquité la plus reculée. Cette maison est illustrée par sa noblesse et par son antiquité. L’antiquité des …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • ANTIQUITÉ — SECTION PREMIÈRE.     Avez vous quelquefois vu dans un village Pierre Aoudri et sa femme Péronelle vouloir précéder leurs voisins à la procession ? Nos grands pères, disent ils, sonnaient les cloches avant que ceux qui nous coudoient aujourd hui… …   Dictionnaire philosophique de Voltaire


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.